PUBLICITE

PUBLICITE

« Tous les cinéastes souhaitaient que je sois nue dans leurs films »

Chantal Goya se souvient de ses premières apparitions au cinéma.

PUBLICITE

© photo news.
© photo news.

Bien avant de chanter « Bécassine » ou « Pandi Panda », Chantal Goya a été une muse de la Nouvelle Vague. En 1966, Jean-Luc Godard la choisit pour incarner l’héroïne moderne de son film « Masculin féminin » aux côtés de Jean-Pierre Léaud. Dans un entretien avec Télé Star, Chantal se souvient: « C’est parce qu’il me voit à la télévision que Jean-Luc Godard me réclame dans « Masculin féminin ». Mais tous les cinéastes souhaitaient que je sois nue dans leurs films et, pour moi, c’était hors de question! »

Dans le magazine Trois Couleurs, elle s’est aussi confiée sur ce tournage mythique. « On n’a rien fait comme Godard voulait, on décidait tout! À un moment, avec Marlène Jobert, il nous a demandé de nous mettre nues pour une scène dans une salle de bains. Nos silhouettes devaient bouger derrière des vitres dépolies. Moi, j’étais enceinte, je ne voulais pas être à poil, et je ne voulais embrasser personne. Je me suis cachée sous le lavabo et Marlène se faisait passer pour moi. » Le cinéaste avait un sens de l’humour assez particulier. « Un jour, il nous avait collées devant un écran de cinéma en nous disant qu’il allait nous montrer un très joli film, Sissi impératrice. Au final, il nous a diffusé un film porno! J’étais la porte-parole alors je lui ai dit: Non mais dis donc, tu es un gros menteur toi! Il en faut plus pour me perturber, il n’a pas réussi son coup. »

Avant ce film, Chantal avait déjà eu une petite apparition dans « Charade », avec Audrey Hepburn et Cary Grant. Avec une amie, elle a réussi à s’incruster sur le tournage en servant du thé aux acteurs. « Audrey m’accueille d’un You’re so cute! (« Vous êtes si mignonne »). Elle trouve que je ressemble à Natalie Wood, me présente à Cary Grant, charmant, et me demande si je veux être figurante. Je me suis ainsi retrouvée, avec ma copine, à danser dans une scène, avec des militaires », explique encore la chanteuse à Télé Star. Mais ces expériences ne lui ont pas donné le goût du cinéma. En 1968, quand Alfred Hitchcock lui propose de jouer dans « L’étau », elle refuse, car elle est enceinte de sa fille, Clarisse. C’est à partir de 1972 qu’elle se remettra à la chanson, avec son mari Jean-Jacques Debout.

Avec Jean-Pierre Léaud © « Masculin féminin » (1966).

Laisser un commentaire