PUBLICITE

PUBLICITE

Sonko déroute l’opposition de son objectif…

Ousmane Sonko se présente comme le plus grand égoïste politique du Sénégal, voire de l’Afrique de l’Ouest. Pour lui, il n’y a pas de plan B ou C en cas d’absence. Aucun autre visage ne doit émerger dans l’opposition selon le leader du Pastef, et ses partisans ainsi que les membres de son parti dissous ne doivent parrainer personne d’autre. leurs objectifs et se concentrent uniquement sur la défense de Sonko, et rien d’autre.

Ousmane Sonko est un politicien atypique, dictant sa volonté sans considération pour les autres. Personne ne peut exister en dehors de sa personne. Par exemple, il a exclu Khalifa Sall de la coalition Yewwi Askan Wi parce que ce dernier avait serré la main du Président Macky Sall lors d’un événement officiel. Dans une démocratie normale, de tels gestes sont courants, mais Sonko les perçoit comme une trahison personnelle.

Thierno Bocoum a également été banni de Yewwi Askan Wi par Sonko pour ne pas avoir accepté ses règles. Au lieu d’accepter la diversité d’opinions au sein de l’opposition, Sonko impose sa volonté et considère ceux qui ne sont pas d’accord avec lui comme des ennemis du peuple. Cette prétention de vouloir déstabiliser le Sénégal pour favoriser ses propres ambitions personnelles est alarmante.

PUBLICITE

Même depuis sa détention à la prison de haute sécurité de Sébikhotane et la dissolution de son parti, les partisans et alliés de Sonko continuent de promouvoir son image comme s’il était toujours candidat à l’élection présidentielle de 2024, sans envisager d’alternative . Certains politiciens qui se sont déclarés candidats passent leur temps à glorifier Sonko et à le soutenir, démontrant ainsi leur soumission à son autorité. Sonko a publié un communiqué demandant à tous les alliés de ne soutenir aucun parrainage et affirmant qu’il n’y a pas de plan B ou autre alternative à sa candidature. Il a réussi à rallier tous les dirigeants de Yewwi Askan Wi à sa cause.

PUBLICITE

Cependant, Sonko se trouve actuellement en grève de la faim, affaiblissant lentement sa propre santé tout en sapant les chances de l’opposition. Les opposants sont désorientés et craignent de subir les représailles des partisans de Sonko s’ils ne suivent pas sa ligne. Cette situation a créé un climat de confusion au sein de l’opposition, où Sonko est en prison et ne participera pas à l’élection présidentielle. L’opposition radicale risque ainsi de ne pas avoir de candidat, ce qui ne peut que favoriser le pouvoir en place

Laisser un commentaire