PUBLICITE

PUBLICITE

Réponse d’Aly Ngouille Ndiaye aux accusations de Me Moussa Diop

Lors d’une conférence de presse en fin de semaine, Me Moussa Diop a dévoilé des documents qu’il qualifie de « compromettants ». Ces documents, principalement des correspondances « confidentielles » échangées entre le 1er décembre 2016 et le 8 février 2018, impliqueraient Aly Ngouille Ndiaye en tant que ministre des Mines et des Énergies, Jean Claude Mimran, homme d’affaires, et le président Macky Sall, selon les dires de Me Diop.

La première lettre mise en avant par Me Moussa Diop prétend qu’Aly Ngouille Ndiaye aurait promis à Mimran la « délivrance d’une autorisation d’exploration d’une mine dans le nord du pays ».

En réponse, la Coalition Alyngouille2024 a publié un communiqué pour réfuter énergiquement ces allégations. La note précise : « Il est important de rappeler que je suis devenu Ministre de l’Industrie et des Mines en septembre 2013, quittant ainsi mes fonctions antérieures de Ministre de l’Énergie et des Mines. Par conséquent, je ne peux être l’auteur d’une lettre datée du 1er décembre 2016, car ce poste ministériel n’existait plus depuis 2013 ».

Le communiqué souligne également que la terminologie utilisée dans la prétendue lettre, « autorisation d’exploration », ne correspond pas au Code minier du Sénégal de 2003 et de 2016. La Coalition Alyngouille2024 insiste sur la distinction entre « Autorisation de prospection » et « permis de recherche », affirmant que ces titres ne confèrent pas le droit d’exploiter des substances minérales.

PUBLICITE

PUBLICITE

Pour étayer leur position, la cellule de communication se réfère aux rapports de l’ITIE (Initiative pour la Transparence des Industries Extractives) pour les années 2016, 2017 et 2018. Ces documents indiquent qu’un seul permis de recherche de diamant a été accordé en 2016 à la société 2SH Saly Software and Hardware.

Enfin, la Coalition Alyngouille2024 rejette catégoriquement les allégations de correspondance entre Mimran et Aly Ngouille Ndiaye, qualifiant ces affirmations de « pure imagination » et dénonçant ces accusations comme des « sorties fallacieuses et maladroites ». La cellule de communication conclut en regrettant ces attaques, « qui reflètent le degré d’ignorance et de légèreté d’un homme qui aspire à diriger un pays ».

Laisser un commentaire