PUBLICITE

PUBLICITE

Karim WADE, un retour compromis!

L’élection présidentielle du 25 février 2024 sera pleine de surprises. Le fauteuil de Macky Sall est devenu la chose la plus convoitée. Des centaines de candidats ont déjà retiré leurs fiches de parrainages. Parmi ses prétendants figurent Karim Wade. L’ex ministre du ciel et de la terre veut faire son grand retour pour ce rendez-vous décisif. Mais le fils de l’ancien président Abdoulaye Wade risque d’avoir une grosse surprise. Le retour tant attendu va se heurter à un mur d’obstacles. Obstacles qui pousseront sûrement Wade-fils à rester dans sa prison dorée.

Le Parti démocratique sénégalais (PDS) se prépare à accueillir son candidat Karim Wade. Les libéraux auraient même une date mais refusent de le communiquer. Selon le programme déjà ficelé, le fils de l’ancien président de la République, Me Abdoulaye Wade, empruntera l’autoroute lla Touba, dès son arrivée, pour effectuer son ziar auprès du Khalife général des mourides, Serigne Mountakha Mbacké. Le parti s’est aussi préparé contre toute intervention des forces de l’ordre pour tenter de disperser les foules à coup de lacrymogènes. La délégation a retenu « de voyager en toutes petites troupes et entrer dans la ville religieuse par plusieurs entrées ».
Avant d’indiquer que le PDS n’a pas lésiné sur les moyens pour marquer l’entrée dans l’arène politique de son candidat. « Une cagnotte impressionnante » a été constituée pour « battre campagne ». Mais ils risquent d’avoir une grosse surprise. Le retour de Karim Wade ne sera pas pour demain. Wade-fils va devoir franchir de nombreux obstacles. Et chacun d’entre eux peut empêcher ce grand retour annoncé depuis des années.
Mais qui ne s’est jamais produit et ne se produira pas de sitôt.
Miser sur Karim Wade est une perte de temps. Plus de sept (7) ans au Qatar, il n’a rien fait pour préparer ce grand retour. Wade-fils est le leader politique le moins présent dans l’arène politique. Depuis son exil, son opposition au régime s’est limitée à des communiqués et des directives par WhatsApp. À la tête de la plus grande formation politique, il a réduit le PDS à un parti de salon. Wade-fils n’a rien apporté dans le combat contre le régime de Macky Sall. Les libéraux se sont même alliés à la mouvance présidentielle dans la destitution de Mimi Touré.

PUBLICITE

LIRE LA SUITE SUR XIBARRU

PUBLICITE

Laisser un commentaire