PUBLICITE

PUBLICITE

Guy Marius Sagna vol la vedette à Sonko

L’effacement progressif du nom d’Ousmane Sonko de la mémoire de ses camarades au sein de l’ex-Parti des Patriotes Africains du Sénégal pour le Travail, l’Ethique et la Fraternité (PASTEF) semble indiquer que son retour en tant que Le candidat à l’élection présidentielle de 2024 est de plus en plus improbable. Les membres du parti dissous recherchent donc d’autres options pour participer à la course électorale.

Parmi les solutions envisagées, Guy Marius Sagna apparaît comme une figure importante. Ce député est devenu la nouvelle vedette au sein de l’ex-PASTEF, bien qu’il ne fasse pas l’unanimité au sein du parti. Il a publiquement déclaré son appartenance à Pastef lors d’une interview sur TV5. Il a également affirmé que, pour les militants de Pastef, Ousmane Sonko reste leur candidat unique et incontesté.

Il semble y avoir des désaccords internes au sein de l’ex-PASTEF concernant la direction à prendre en vue de l’élection présidentielle de 2024. Guy Marius Sagna représente une option pour certains membres du parti, mais il est important de noter que d D’autres peuvent avoir des opinions différentes sur la manière de faire face à cette situation politique complexe.

PUBLICITE

L’activiste Guy Marius Sagna, souvent considéré comme une copie conforme d’Ousmane Sonko, a récemment décidé d’internationaliser sa lutte en entreprenant un voyage à travers l’Europe. Là-bas, il participe à des manifestations et utilise cette tribune pour critiquer le gouvernement de Macky Sall là où cela peut lui faire le plus mal. Contrairement au Sénégal, l’opposition politique en Europe a la possibilité de s’exprimer sans craindre de finir en prison, ce qui donne à Guy Marius Sagna une plus grande liberté d’action.

Cette stratégie de lutte à l’étranger contraste avec la position antérieure de Guy Marius Sagna, qui avait toujours exprimé des opinions anti-impérialistes et anti-françaises. Il s’était régulièrement opposé à l’influence française au Sénégal, notamment en ce qui concerne l’implantation de grandes entreprises françaises dans le pays. Ses discours avaient même été associés à l’attaque des intérêts français lors des événements de mars 2021. Ainsi, il est remarquable que Guy Marius Sagna cherche maintenant de l’aide auprès de ceux qu’il a longtemps combattus, tout cela dans le mais de soutenir la candidature d’Ousmane Sonko (PROS – Président Ousmane Sonko).

C’est la raison pour laquelle il a organisé son «Nemekou Tour» chez les toubabs. Le député a délivré son message à Madrid, Barcelone, Paris et Genève. Un discours qui n’est autres que la libération du maire de Ziguinchor, des détenus politiques. Mais spécialement la participation du leader de l’opposition radicale à la prochaine présidentielle. Chose impossible vu qu’il est en prison, son nom rayé de la liste des candidats. Et Pastef est dissous.

Mais ce «Nemekou Tour» entrepris par Guy Marius Sagna le place en première ligne. Il est devenu le seul visage au sein de l’ex Pastef qui porte le combat sur les terrain. Tous les autres leaders sont en prison. Les rares militants en liberté ont tellement la frousse que leur opposition ne dépasse pas leur clavier. Ce qui fait de l’activiste reconverti en politicien le seul apte à remplacer Sonko. Il devient ainsi le plan B par défaut des patriotes. Ce qui ne fait pas l’unanimité.

PUBLICITE

Guy Marius Sagna a beau porter le combat à l’international, mais il ne sera pas le candidat des patriotes. Si on en croit Cheikh Thioro Mbacké, Sonko demeure leur unique plan. «Ce que fait l’honorable député Guy Marius Sagna n’a rien d’impressionnant parce que tous les camarades députés le font. Aller à la rencontre des populations de la Diaspora c’est un rôle du député et nous autres députés nous le faisons», minimise le parlementaire. Qui précise : «Notre seul candidat c’est Ousmane Sonko».

Comme quoi il y a des cancres qui croient toujours que le maire de Ziguinchor peut être le cinquième président. Leur désillusion sera aussi grande que celle des Karimiste en 2019. Quoiqu’il en soit, Guy Marius Sagna vole la vedette à Ousmane Sonko. Son emprisonnement l’éloigne de son électorat. Un électorat que le député de Yewwi tente de séduire.

Attention, cette course à un plan B risque de perdre les patriotes. Tous les leaders qui ne sont pas en prison veulent prendre la place du PROS. Une guerre sans commune mesure risque d’éclater au sein de ce parti dissous. Mais une chose est sûre, le maire de Ziguinchor ne peut plus assurer l’avenir des patriotes. Ils ont besoin d’un miracle. C’est impératif pour leur survie !

Guy Marius Sagna a récemment entrepris son « Nemekou Tour » à travers différentes villes européennes pour délivrer un message de libération du maire de Ziguinchor, des détenus politiques, et surtout pour plaider en faveur de la participation du leader de l’opposition radicale à la prochaine élection présidentielle. Cependant, cette dernière demande semble impossible étant donné que Sonko est actuellement en prison et que Pastef, le parti auquel il appartenait, a été dissous.

Ce « Nemekou Tour » a propulsé Guy Marius Sagna au premier plan, le manifester comme le visage principal de l’ex-Pastef qui continue à mener la lutte sur le terrain, étant donné que les autres dirigeants du parti sont en prison. Cela a conduit certains à considérer Guy Marius Sagna comme un plan B par défaut pour les patriotes en cas d’impossibilité de la candidature de Sonko. Cependant, cette idée ne fait pas l’unanimité au sein du parti.

Selon Cheikh Thioro Mbacké, Sonko demeure le candidat principal des patriotes, et ce que fait Guy Marius Sagna en tant que député n’est rien d’impressionnant, car d’autres députés accomplissent également ce type de mission auprès de la diaspora sénégalaise. Mbacké précise que leur candidat unique est Ousmane Sonko.

Il semble donc y avoir des divergences au sein des patriotes concernant la question du plan B, et cette division pourrait poser des problèmes à l’avenir. L’emprisonnement de Sonko le privé de son électorat, ce qui pousse Guy Marius Sagna à essayer de gagner leur soutien. Cependant, la recherche d’un plan B risque de créer des tensions au sein du parti dissous, avec plusieurs dirigeants souhaitant prendre la place du PROS (Président Ousmane Sonko).

1 commentaire
  1. […] des procédures avec des preuves douteuses dans le but de galvaniser les jeunes partisans de Sonko. Juan Branco aurait même menacé le président sénégalais Macky Sall et ses ministres avec une […]

Laisser un commentaire