DIRCAB vs PM – Chronique d’une entente impossible de Diouf à Macky

Avec la migration de Abdoulaye Daouda Diallo à la Présidence de la République – centre de diffusion du pouvoir- Macky Sall risque de programmer un duel entre son directeur de cabinet et le nouveau premier ministre. Et il va falloir, très prochainement, jeter attentivement un coup d’œil sur la fiche de poste du désormais N°2 de la Présidence pour voir si les attributions de l’ancien ministre des Finances ne comporteront pas les germes d’un conflit de compétence, d’autant plus que, selon ce que l’on en sait, c’est en refusant de se ranger derrière Amadou Ba que Abdoulaye Daouda a atteri au Palais.
D’ici là, rappelons qu’entre Jean Collin et Habib Thiam, respectivement ministre d’Etat, secrétaire général de la Présidence et Habib Thiam, chef du gouvernement, ce n’était pas le parfait amour. Dans ses mémoires, M. Thiam accuse, de but en blanc, Collin, d’avoir manœuvré pour l’écarter de la Primature, à travers la suppression du poste. C’est quelques mois après que Collin a définitivement quitté l’attelage en mars 1990 que Habib Thiam est redevenu Pm en 1991.
Ce genre de dualité s’exacerbe quand il est relié à une guerre de succession.
Ainsi, entre Ousmane Tanor Dieng, présenté comme le dauphin, et Habib Thiam, ce n’était pas la grande entente non plus. Maguette Diouf, frère du président Abdou Diouf, a une fois menacé de quitter le gouvernement parce qu’il ne s’entendait pas avec OTD. Habib Thiam, qui a reçu sa lettre de démission, a voulu en profiter pour quitter le gouvernement, lui aussi, à cause de ses interminables conflits avec l’alors tout-puissant ministre d’Etat, ministre des Services et affaires présidentiels. Finalement, M. Thiam partira en 1998, après avoir refusé le poste de secrétaire général de la Présidence de la République.
Le même scénario sera vécu au début des années entre Idrissa Seck et Moustapha Niasse, chacun voulant marquer son territoire pour se positionner en numéro 2 de Abdoulaye Wade. La réconciliation entre Niasse et Idy n’interviendra qu’en 2007, avec la mise en place du cadre unitaire de l’opposition dénommé Front Siggil Sénégal, ancêtre de Benno Siggil Sénégal.

 

Source: Thierno Diop
laissez un commentaire
%d blogueurs aiment cette page :