INTERNATIONAL

La Chine et le monde : naviguer sur un océan sans limite pour étendre la coopération

« Sans limite est l’océan où nous naviguons avec le vent ». Ce vers est tiré d’un poème chinois vieux de mille ans.

Cette formule ancienne, qui signifie qu’aucune limite géographique ne s’oppose à ceux qui voyagent vers leurs amis, recèle une résonance continue pour la Chine moderne.

« Je souhaite qu’il soit clair que la porte grande ouverte de la Chine ne se refermera pas, et ne s’ouvrira que plus largement », a déclaré le président chinois au Forum pour l’Asie de Boao en 2018.

À partir de la réforme et de l’ouverture…

Les bouleversements survenus grâce à la politique de réforme et d’ouverture chinoise initiée en 1978 témoignent de la grande pertinence de la conviction que l’ouverture est la clef de la croissance et de la richesse.

Guidé par cette politique, le pays a été transformé, passant d’une nation principalement agricole à la deuxième économie mondiale.

En 2020, le total des importations et des exportations de biens de la Chine a augmenté de 1,9% par rapport l’année précédente, à environ 32 160 milliards de yuans (soit environ 4 647 milliards de dollars américains). Une performance record, obtenue en dépit de l’importante baisse des échanges, faisant de la Chine la seule grande économie du monde à réaliser une croissance positive du commerce international de biens.

En 1978, ce volume totalisait seulement 20,6 millards de dollars.

La Chine a travaillé dur pour attirer davantage d’investisseurs mondiaux dans son immense marché domestique en élargissant son accès et en améliorant l’environnement commercial.

Une récente étude, menée par le ministère chinois du Commerce, indique que 96,4% des entreprises bénéficiant d’investissements étrangers sont optimistes quant aux perspectives de leur activité en Chine.

La Chine a également intégré le groupe des dix économies ayant le plus amélioré leurs facilités de pratique commerciale, et ce pour la deuxième année consécutive, grâce à un programme de réformes ambitieux, selon un rapport de la Banque Mondiale pour l’année 2020.

Dans le même temps, la Chine a signé des accords de coopération avec 140 autres pays et 31 organisations internationales, dans le cadre de l’Initiative la Ceinture et la Route (BRI), depuis que celle-ci a été initiée en 2013.

… Vers un nouveau modèle de développement

Alors que la Chine embarque pour un voyage vers la modernisation socialiste grâce au 14e plan quinquennal (2021-2025), l’ouverture reste capitale pour la nouvelle feuille de route nationale.

Dévoilant son modèle de développement à « double circulation », la Chine s’est engagée à approfondir l’ouverture de ses marchés dans les cinq prochaines années, afin de contrecarrer le ralentissement économique induit par la pandémie et de promouvoir la coopération internationale.

Ce nouveau paradigme de développement signifie qu’il est primordial de mieux coordonner le marché étranger et le marché domestique, et de s’appuyer sur ce dernier en débridant son potentiel.

Et des efforts concrets sont en cours.

Depuis le déploiement de trois nouvelles zones pilotes de libre-échange (FTZ) l’année passée, la Chine en compte désormais 21. Elle a par ailleurs signé l’accord de Partenariat régional économique global (RCEP), qui constitue de facto le plus vaste bloc de libre échange économique du monde.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top