INTERNATIONAL

La Chine veut parvenir à une harmonie entre l’homme et la nature

Le système de conservation de l’eau de Dujiangyan, situé dans la province du Sichuan dans le sud-ouest de la Chine, a joué un rôle important dans le contrôle des crues et de l’irrigation de la plaine de Chengdu au cours des 2000 dernières années.

En tant que plus ancien projet d’eau du monde encore en activité, Dujiangyan est un exemple frappant de l’ancienne sagesse chinoise, recherchant l’harmonie entre l’homme et la nature.

Selon l’encyclopédie Qimin Yaoshu du VIe siècle sur l’agriculture : « Agissez en fonction des saisons et de la terre. Vous gagnerez plus avec moins. »

Et cette citation classique influence toujours la Chine moderne, qui subit actuellement une transformation verte en matière de développement social et économique.

Évoquant cette ancienne citation, le président chinois Xi Jinping a déclaré lors d’une réunion sur la protection de l’environnement en mai 2018 que le concept soulignait l’importance d’unir le ciel, la terre et l’homme, de connecter l’écosystème à la civilisation humaine et de suivre les règles de la nature.

« La montée ou la chute d’une civilisation dépend de sa relation avec la nature », a-t-il ajouté.

L’encyclopédie Qimin Yaoshu avait été compilée par Jia Sixie de la dynastie des Wei du Nord (386-534).

« Jia utilise l’exemple de la culture céréalière pour illustrer spécifiquement comment ‘agir en fonction des saisons et de la terre' », a expliqué Yang Yu, professeur de littérature chinoise ancienne à la Central South University.

« Par exemple, la fertilité varie d’une terre à l’autre. Si les terres agricoles sont particulièrement fertiles, planter à une date ultérieure pourrait produire plus, tandis que des semis précoces sont essentiels pour des terres relativement stériles, qui risqueraient sinon de produire peu si la saison agricole était manquée. »

Le professeur a noté que la sagesse philosophique de Jia s’applique non seulement à l’agriculture, mais est également vraie dans tous les aspects de la relation entre l’homme et la nature.

Écologiser la Chine

La Chine est en train de créer une série d’initiatives pour rendre le pays et la planète plus verts.

Selon le 14e plan quinquennal (2021-2025) pour le développement économique et social national et les objectifs à long terme jusqu’en 2035, une partie essentielle de la modernisation de la Chine consistera à parvenir à l’harmonie entre l’homme et la nature.

Dans ce plan, la Chine s’engage à réduire la consommation d’énergie par unité de produit intérieur brut (PIB) et ses émissions de dioxyde de carbone par unité de PIB de 13,5 % et 18 %, respectivement.

En septembre dernier, la Chine a également annoncé qu’elle s’efforcerait d’atteindre un pic d’émissions de dioxyde de carbone d’ici 2030 et d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2060.

« Cette décision stratégique majeure est prise sur la base de notre sens de la responsabilité de construire une communauté avec un avenir partagé pour l’humanité et notre propre besoin de garantir le développement durable », a déclaré M. Xi lors du Sommet des dirigeants sur le climat du 22 avril 2021.

Alors que le monde est confronté à de graves défis liés à la pandémie actuelle de la COVID-19 et au changement climatique, M. Xi a appelé la communauté internationale à proposer des actions sans précédent pour faire face aux problèmes lors du sommet.

Il a déclaré que le monde doit s’engager pour une harmonie entre l’homme et la nature, un développement vert, une gouvernance systémique, une approche centrée sur les personnes, le multilatéralisme et le principe des responsabilités communes, mais différenciées.

Pour améliorer les efforts mondiaux sur la biodiversité, la Chine organisera la 15e réunion de la Conférence des Parties à la Convention sur la diversité biologique en octobre 2021.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top