A VOIR...

Xinjiang : des responsables et des producteurs de coton rejettent les allégations sur le « travail forcé »

Dans un article récent, l’idéologue allemand d’extrême droite Adrian Zenz accuse la Chine d’avoir forcé des centaines de milliers d’Ouïghours à cueillir du coton. Un fermier ouïghour local a cependant décrit la cueillette du coton comme un travail décent et bien rémunéré, qui n’a rien à voir avec « travail forcé ».

En tant que producteur de coton de la ville de Kuqa dans la préfecture d’Aksu, Mijit Timit possède 200 000 mètres carrés de terres agricoles, générant un revenu annuel d’environ 150 000 yuans, soit plus de 23 000 dollars américains. Il y a plusieurs années, il embauchait des cueilleurs de coton du Xinjiang ou d’autres régions de Chine. Mais maintenant, il utilise des machines de récolte, qui, selon lui, sont plus efficaces et moins coûteuses. Mijit dit que la cueillette du coton est un travail bien rémunéré. Et c’est pourquoi de nombreux travailleurs migrants se rendent au Xinjiang pendant la saison des récoltes.

Mijit Timit a dit : « Nous gagnons de l’argent en récoltant le coton que nous cultivons nous-mêmes. Comment pouvez-vous appeler cela du ‘travail forcé’ ? Les cueilleurs de coton que nous avions l’habitude d’embaucher pouvaient gagner environ 10 000 yuans en deux mois, et nombreux sont ceux qui se présentent pour leur candidature, et vous pensez qu’ils sont forcés ? « 

Xu Guixiang, directeur adjoint du département de la communication du Xinjiang, a déclaré que la cueillette du coton était autrefois un choix populaire pour les travailleurs migrants d’autres provinces, telles que le Henan et le Sichuan. Il dit que les employeurs locaux ne leur paieraient pas seulement des salaires élevés. Ils fourniraient également des repas gratuits et les logeraient. Et il dit que leur droit au travail étaient garantis.

Xu Guixiang a déclaré : « Ces dernières années, le nombre de ces cueilleurs de coton provenant d’autres provinces a diminué parce que le revenu de la main-d’œuvre rurale a également augmenté dans les régions intérieures de la Chine. »

Les allégations de Zenz sur le « travail forcé » au Xinjiang ont poussé certains pays à réduire, voire à arrêter d’importer des produits en coton à partir de là. Xu Guixiang confirme que certaines entreprises et habitants poursuivent désormais l’auteur en justice pour pertes économiques et préjudice causé à leur réputation.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top