POLITIQUE

Ambition politique : Le nouveau délit qui freine l’action des ministres et directeurs généraux

Comme si chacun restait dans son coin pour éviter de faire des gestes qui pourraient être considérés comme des « ambitions » coupables. Et cette situation installe une certaine léthargie au sein du gouvernement. Les ministres ont peur, les DG se cachent…Tout ceci pour éviter qu’on leur taxe d’ambitieux pour 2024….

L’on s’attendait à un gouvernement qui allait être d’attaque aussitôt mis sur pied avec des ministres capables de prendre des initiatives à même de rassurer les Sénégalais de plus en plus inquiets sur le devenir du pied. L’espoir avait été grand chez les Sénégalais à l’annonce du remaniement du gouvernement qui avait été opéré récemment. Les populations attendent, et la déception est en train de s’installer.

Aucune innovation n’est apportée dans la méthode de gouvernance et les ministres ont désormais peur de prendre des initiatives, des décisions sur le terrain. Alors que le ras-le-bol se manifeste de plus en plus au sein des populations. Où est le gouvernement du Président Macky Sall ? Les ministres ont tout simplement peur. Les voilà nommés, mais en même temps cloués pour ne prendre aucune initiative permettant aux Sénégalais de juger l’action gouvernementale.

C’est dire que depuis le dernier grand remaniement avec le départ de plusieurs ténors, le maintien de ministres à scandales dans l’équipe gouvernementale, avec l’arrivée du vieux Mahmouth Saleh qui tire les ficelles dans l’ombre, il y a une certaine léthargie. C’est la psychose qui s’installe chez nos ministres. Chacun d’entre eux, a peur de prendre des initiatives pour ne pas se mettre en vedette au risque de se faire taxer « d’ambitieux » voulant lorgner le fauteuil du Chef.

Voilà le mal que vit en ce moment le Sénégal. Les ministres sont comme ligotés, incapables de produire quoi que ce soit, et n’attendant que les directives du Chef pour entamer des actions. Gare à ceux d’entre eux qui se lèveraient pour prendre des initiatives de leur propre-chef. C’est la porte ouverte à leur bannissement. Sous le régime du Président de la République Macky Sall, personne ne doit rien entreprendre et on n’obéit qu’aux ordres du Chef.

Aucun ministre ne doit être loué, remercié pour ses réalisations. Au Sénégal du Président de la République Macky Sall, un ministre ne doit pas être populaire. Ce serait un « délit ». La meilleure de se faire atteindre par des adversaires qui vont l’utiliser auprès du Chef de l’Etat pour te liquider. Amadou Ba, Mouhamadou Makhtar Cissé, Aly Ngouille Ndiaye, Me Oumar Youm, Mahammed Boune Abdallah Dione en ont fait l’amère expérience. Aminata Touré a été relevée sans état d’âme de son poste de Présidente du Conseil économique, social et environnemental (CESE), car accusée de lorgner le fauteuil du Président de la République Macky Sall. D’ailleurs, pour répondre à ses détracteurs, elle assène : « avoir une ambition politique n’est pas un délit ».

Ça l’est au Sénégal. Résultat des courses : chacun reste dans son coin et évite de prendre des initiatives qui pourraient être considérées de leur part comme des « ambitions coupables ». L’action gouvernementale se trouve ainsi freinée et la léthargie s’est installée. Les ministres ont peur, les directeurs généraux se cachent. Personne ne veut être taxée d’ambitieux et de lorgner le fauteuil du Chef pour 2024.

La rédaction de Xibaaru

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top