ACTUALITÉ

La mosquée Massalikoul Djinane à 30 millions d’euros… Et alors ?(par Cheikh Yerim Seck)

Dans l’une de ces tirades fascistes dont sa famille politique a le secret, Jean-Michel Cadenas, délégué départemental de la Fédération du Rassemblement national (RN, ex-Front national) de la Mayenne, membre du Conseil national du RN, a cru devoir décrier le coût de la mosquée Massalikoul Djinane, du nom de ce joyau architectural qui trône sur l’Avenue-Cheikh-Ahmadou-Bamba, au coeur de Dakar, symbole du dynamisme ambitieux du mouridisme.

Ce proche de Marine Le Pen, fils de Jean-Marie Le Pen, fondateur du FN et chantre de l’inégalité des races, a signé ce tweet au vitriol: « A Dakar, sera inaugurée la mosquée Massalikoul Djinane, vue comme un emblème contre l’Occident pour un coût de 30 millions d’euros qui n’iront pas aux pauvres du Sénégal. Soyons sérieux, pour cela, il y a l’aide internationale au développement. »

Pour être pauvres, les Sénégalais doivent donc être dénués de tout sens du beau, du culturel, de l’architectural, du civilisationnel, du symbolique… Dans le pays du sieur Cadenas, pourtant, lorsque, le 15 avril 2019, un incendie a décoiffé la cathédrale Notre-Dame de Paris, une vieille bâtisse multi-séculaire désaffectée à la faveur de la déchristianisation de la population française, ce ne sont pas 30 millions, mais… 2 milliards d’euros qui ont été collectés pour reconstruire cet édifice religieux. Cet argent n’est pas allé aux 10 millions de Français pauvres dont les plus récalcitrants, au même moment, protestaient violemment dans les rues vêtus de gilets jaunes.

Simple remake de l’Histoire, la Tour Eiffel, aujourd’hui monument le plus visité au monde, fut construite entre 1887 et 1889, alors qu’une famine sévère sévissait en France. Ce n’est pas parce qu’on est pauvre qu’on doit être dénué de vision, d’ambition, de rêve de grandeur…

À lire également  POLITIQUE: Que fait Cheikh Bamba Diéye Chez Ousmane Sonko?

La mosquée n’est pas un emblème contre l’Occident. Le militant d’extrême droite a tout faux. Cet édifice religieux grave dans la pierre un symbole fort, celui de la revanche d’un homme de Dieu, Cheikh Ahmadou Bamba, éloigné plusieurs années de ce pays qui fut le sien, au nom d’un ordre colonial qui voulut immoler notre religion et notre civilisation sur l’autel de ses intérêts capitalistiques.

Cet édifice religieux, bâti sur un hectare, abritant une salle principale de 8000 places, une seconde à l’étage de 1500 places et 4 annexes de 500 chacun, prolongé par une esplanade pouvant accueillir 20 000 fidèles, est la plus grande mosquée d’Afrique. Le lustre qui tombe de sa coupole centrale (haute de 28m) mesure 11 m de long sur 8 m de large, et pèse 4,5 tonnes. Le plus imposant de ses 5 minarets, haut de 75 mètres, n’a pas d’équivalent en Afrique au sud du Sahara. Ces dimensions gigantesques traduisent l’hyperpuissance de l’Islam, la supériorité absolue de son Prophète Mouhamed et la grande ambition spirituelle du serviteur de ce dernier, Cheikh Ahmadou Bamba.

Massalikoul Djinane n’est pas qu’une mosquée, c’est un monument religieux, un objet culturel, une attraction touristique, une nouvelle merveille de la destination Sénégal… N’en déplaise aux racistes et autres fascistes d’extrême droite, ce joyau architectural est né de la vision du khalife -noir- Serigne Sidy Al Mokhtar Mbacké et de son successeur Serigne Mountakha Mbacké traduite en réalité par Serigne Bassirou Mbacké Abdoul Khadre et Mbackiyou Faye.

Sur la terre du Sénégal gicle le sang encore chaud de nos résistants déchiquetés par les baïonnettes des ancêtres de M. Cadenas. 59 ans après la fin de l’entreprise coloniale la plus barbare de l’histoire moderne, les mourides du Sénégal, élevés par leur guide spirituel dans le culte du travail, ont réuni leurs deniers propres pour ériger un monument gravant dans le béton armé, l’or massif et le marbre lustré la victoire éclatante de Cheikh Ahmadou Bamba sur toutes les hégémonies impérialistes.

À lire également  "Proche d'Aminata Touré" : Serigne Bassirou Guèye, sur siège éjectable

Le coût d’un tel projet importe peu au regard de sa charge religieuse et de son symbolisme historique. Il a coûté 30 millions d’euros. Et alors ?

Cheikh Yérim Seck

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top