ACTUALITÉ

ATLANTIQUE ; L’océan de la fantastique mise en abîme de l’amour (Amadou Moustapha DIENG)

C’est une histoire d’amour et bien plus c’est une réalité vécue et bien plus c’est une fantastique fresque ou les fées se transforment en « jinné maimouna » en tout cas il y a des revenants oh que dis-je des revenantes qui habitent et sont habitées par les âmes noyées au fond de l’Atlantique .
L’atlantique le film de Maty DIOP est poignant car l’histoire nous parle de la douleur de l’invisible de la vie de l’absent une levée du coin du voile du réel ou une tombée en apnée sous les eaux du mystérieux du fantastique et de l’imaginaire, des imaginaires. Ada qui voit sa vie doublement être basculée par l’amour impossible celui de Souleymane naufragé qui dans les abysses de l’océan trouve une force de renaissance et se réincarne dans le cops d l’inspecteur Issa DIOP. L’océan est le linceul de son corps mais non de son esprit fort de l’amour pour sa dulcinée Ada. Mais hélas ! Le rêve se brise au bord des vagues est se transforme en cauchemar vécu intensément par Fanta qui pas du fantasme a la fantasmagorie.
Souleymane le bien nommé devient déifié, Poséidon ! le dieu de la mer et des océans, ainsi que l’« Ébranleur du sol » — dieu des tremblements de terre, des tempêtes également qui secouent la vie des êtres qui se transforment en personnages surnaturels.
Tout tourne autour de la mise en abime j’allais dire de la mise en abysse le monde réel et aquatique se dispute l’existence la vie sur fond de dette l’œil de Caïn qui au-delà du Monsieur NDIAYE le cupide entrepreneur épile et regarde de la tombe aquatique les humains .
A la fin la vie gagne la vie au féminin car si les homme ont tenter le destin et échoué en mer les fille elles ont risqué leur avenir pour triompher sur terre même si ce fut un combat mené en duo en doublon ou en fusion dans le psyché d’ada. En témoigne cette magnifique scène de retrouvaille entre Ada et Souleymane réincarné en Issa DIOP dans ce double jeu de miroirs. Et que dire du symbolique très présent dans le choix des noms d’abord Ada a qui la réalisatrice s’identifie et qui est al fois Adam et Eve du film de la création cinématographique par qui tout prend forme Souleymane un nom poétique et prophétique et aussi mythique car il renvoie aux récits fantastique bibliques et coranique et talmudique de ce roi mage et maitre des jinns Fanta par qui nait le monde du fantasme du cauchemar et des hallucinations elle est la porte par laquelle le monde de l’imaginaire pénètre celui du réel .
Le signe et le symbole sont aussi perceptibles sur le choix du chiffre « 13 » à la fameuse adresse celle de la poisse, du guignon dans l’imaginaire européen .On retrouve également le symbole sur la forme de la tour et celui du pendentif offert par Souleymane à Ada.
Toutefois, dans cette quête de correspondance et de répondant dans les imaginaires occidentaux et africains il faut dire que l’exploration poussée des chants et mythes des peuples africains de la mer comme les lébous, aurait pu donner encore plus de rythme, de teneur et de volupté à la bande son du film d’autant plus que la langue utilisée est le wolof là alors chapeau bas Maty la nièce de Mambetty !
Amadou Moustapha DIENG Journaliste culturel à Sud FM

À lire également  MARADONA EST MORT !
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top