INTERNATIONAL

Acte XIX des « gilets jaunes » : Macron tente d’éteindre la polémique créée par …

Emmanuel Macron le répète souvent : il n’aime pas commenter de l’étranger les affaires intérieures françaises, a fortiori lorsqu’il participe à un sommet international. Le chef de l’Etat a pourtant fait une nouvelle entorse à la règle qu’il s’est lui-même fixée, vendredi 22 mars, à l’occasion de la conférence de presse de clôture du Conseil européen qui se tenait depuis la veille à Bruxelles et qui était principalement consacré au Brexit.

Interrogé sur la polémique autour du recours aux soldats de l’opération « Sentinelle » lors de l’acte XIX des « gilets jaunes » prévu samedi 23 mars, Emmanuel Macron a assuré qu’« en aucun cas l’armée de notre pays [n’était] en charge du maintien de l’ordre et de l’ordre public ». « C’est un faux débat absolu, ça n’a jamais été le cas ces dernières années et ça ne sera pas davantage le cas » lors de cet événement, a-t-il ajouté.

Mercredi, le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, a révélé que les soldats engagés contre la lutte antiterroriste dans le cadre de l’opération « Sentinelle » seraient mobilisés samedi pour garder certains immeubles publics et monuments parisiens, afin que les policiers et gendarmes habituellement dévolus à ces tâches soient libérés pour s’occuper du maintien de l’ordre. Depuis lors, les observateurs s’interrogent sur les risques de dérapages en cas de confrontation entre des soldats et des manifestants violents.

Vendredi, en début d’après-midi, le gouverneur militaire de Paris, le général Bruno Leray, a ravivé la polémique en n’excluant pas le recours au feu, samedi. Au micro de Franceinfo, il a déclaré :

À lire également  OUSMANE SONKO: "Honte aux dirigeants de la Cedeao… " Alpha Condé et Alassane Ouattara n'ont pas droit à un troisième mandat

« Les consignes sont extrêmement précises. Ils ont différents moyens d’action pour faire face à toute menace. Ça peut aller jusqu’à l’ouverture du feu. (…) Les soldats donnent des sommations dans les cas éventuels d’ouverture du feu. Ils sont parfaitement à même d’apprécier la nature de la menace et d’y répondre de manière proportionnée. »

Les militaires pourraient tirer « si leur vie est menacée ou celle des personnes qu’ils défendent », a-t-il poursuivi. Le gouverneur militaire de Paris a affirmé que les militaires intervenaient « très régulièrement sur tout type d’incident, de nature terroriste ou pas ».

Mélenchon demande aux militaires de ne pas tirer
Le général Leray a exprimé « de la manière la plus claire et la plus nette ce qu’est, tout simplement, le comportement normal d’une force armée », a de son côté réagi Jean-Luc Mélenchon lors d’une conférence de presse. « L’honneur de l’armée est d’être celle de la République et du peuple. Il ne saurait être question que l’armée de la République utilise contre le peuple les méthodes et les armes qu’elle destine à ses ennemis », a-t-il encore fustigé.

« Il faut savoir ne pas précipiter le pays tout entier dans un règlement de comptes », a ajouté le député La France insoumise des Bouches-du-Rhône, qui a aussi envoyé un courrier au premier ministre, Edouard Philippe, lui enjoignant de venir « s’expliquer devant la représentation nationale » sur cette décision.
« Ceux qui jouent à se faire peur, et à faire peur à certains, ont tort », a répondu à distance Emmanuel Macron au leader des « insoumis », même s’il n’a pas prononcé le nom de M. Mélenchon. « Les militaires font leur tâche. Ils seront simplement davantage mobilisés comme à plusieurs reprises pour davantage dégager les policiers et les gendarmes et davantage les mobiliser au maintien de l’ordre », a justifié le chef de l’Etat, alors que la journée de samedi servira de test de sa détermination à assurer l’ordre public après plus de quatre mois de mobilisation des « gilets jaunes ».

À lire également  (URGENT) Guinée Conakry : Alpha Condé passe au premier tour selon des résultats préliminaires rendus publics par la CENI.

« Eviter tout risque »
De leur côté, deux avocats, William Bourdon et Vincent Brengarth, ont écrit au Défenseur des droits, Jacques Toubon, pour lui demander d’obtenir des « garanties » du gouvernement « pour éviter tout risque ». « Nous ne pouvons imaginer ce qu’il adviendrait si un bâtiment était effectivement sous la menace et si un militaire était requis d’intervenir », anticipent-ils dans leur courrier.

L’opération « Sentinelle » mobilise 7 000 soldats en France. Les soldats protègent des sites religieux (synagogues, mosquées…), des lieux particulièrement exposés au risque terroriste ou très fréquentés (lieux touristiques, gares…). Ils sont présents de manière quasi permanente dans certains endroits, comme les aéroports ou les musées.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Most Popular

To Top