CULTURE

Centre culturel de Thiès : Une Exposition d’arts plastiques pour célébrer le 08 Mars

Leur exposition d’art tenu ce 08 mars 2019 au centre Culturel de Thiès, a servi de prétexte à l’artiste Boubacar Diallo dit Bouba et son élève Sadiya Shalini Sowe de revenir largement sur leurs parcours et leurs motivations à pratiquer les arts plastiques.

Si Boubacar Diallo met en avant ses études en arts plastiques, il estime toutefois que les arts plastiques restent un don en soi. Et il a toujours nourri l’envie d’exceller dans le monde des arts. En taquinait les arts avant de devenir professeur d’arts plastiques en 2001. «Il m’est une fois arrivé de vendre un tableau d’art à 1000 FCFA», se rappelle Bouba qui encourage les parents à laisser leurs enfants éclore leurs talents.

Pour lui, « L’éducation artistique est une discipline traitée en parent pauvre dans le système éducatif. Il est temps que les parents comprennent que cette discipline est très importante. Si un enfant ne s’exprime pas artistiquement, il risquerait de le faire violemment. En plus l’art peu apporter une voie chez l’enfant timide. La pratique du dessin, de la peinture, de la musique, du théâtre peuvent faire découvrir à l’enfant le sens de l’esthétique, l’expression orale, la formation du caractère et le développement de l’imagination », argumente-t-il.

« Heureusement, certains parents l’ont compris à l’image de la mère de Sadiya qui n’a pas hésité à offrir à sa fille les services d’un professeur d’art depuis 8 ans». D’où l’intérêt de l’exposition que le maître et l’élève tiennent au Centre culturel régional de Thiès, ce O8 mars 2019, journée de la Femme. Ainsi, « La prodige Sadiya (13 ans) pourrait étaler son talent et encourager par la même occasion les autres à changer leur perception à l’égard les arts plastiques», ajoute M. Diallo.

« Que les parents laissent leurs enfants s’exprimer par le biais de l’art !»

Sadiya Sowe, âgéede 13 ans seulement, nourrit le rêve de devenir dessinatrice de portrait-robot pour le FBI. Sur ce qui l’a poussée à exceller dans ce domaine, Sadiya Shalini Sowe explique qu’avant, elle pratiquait le sport, la musique et la danse. Mais c’est dans les arts plastiques qu’elle s’épanouit aujourd’hui. « J’ai vu un futur dans l’art. C’est quand j’avais 5 ans que ma mère m’a inscrite au Centre Culturel Français de Thiès auprès de Monsieur Boubacar Diallo. C’est en ce moment que j’ai opté pour les arts plastiques contrairement à ma famille musicienne », confie la jeune prodige.

« Monsieur Diallo m’a toujours soutenue et encouragée », souligne Sadiya, qui fait de l’abstrait et du figuratif. Et se dit ouverte à tous les styles artistiques. Non sans demander aux parents, de laisser leurs enfants s’exprimer par le biais de l’art, de ne pas sous-estimer le choix des enfants, qu’il soit artistique, scientifique ou philosophique.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Most Popular

To Top